Mineurs

France - Maroc, 2019, 47’

Fiche technique

Ralisateur : Ouahib Mortada
Genre : Documentaire
Durée de la copie : 41 minutes
Contact :https://www.proarti.fr/api/project/members/6621.html
Tel: +033 6 80 78 43 17
e.mail: ouahibmortada@gmail.com

Synopsis

Il existe tant de légendes sur les mines de charbon et les mineurs. Sous terre et au dessus; Caméra DV à la main, J’expose la parole et les visages de ceux que l’on évite ; de ceux que l’on ne veut pas voir.
Au Maroc, à la frontière Algérienne, à Jerada c’est la fin d’une époque. Chaque jour qui passe est une nouvelle naissance. La mine est fermée depuis vingt ans. Sept mille ouvriers ont été renvoyés. Après la liquidation des charbonnages du Maroc, la
malédiction du charbon a frappé dure les habitant de cette cité minière. Les derniers mineurs risquent leurs vies clandestinement. Ils n’ont pas d’autres choix, ils creusent. « Le mineur ne peut être que mineur ! » A Jerada, cette rumeur continue son chemin. Les derniers mineurs et leurs enfants le sont à double titre.
Ce documentaire est un conte en hommage aux enfants de l’après charbon. Une allégorie à la loi économique qui écrase l’histoire et au désistement des hommes face la fatalité de la nature.

Mortada Ouahib

Né au Maroc, Ouahib Mortada obtient d’abord un diplôme de technicien en Génie civil et rural, qu’il complète par
un DEUG en Sciences Humaines. Il commence par travailler dans la fonction publique Marocaine. Venu en France
en 1991, il s’implique rapidement dans les mouvements des luttes (Droit Au Logement à Paris, et intègre des
réseaux militants à Marseille).

Il pratique le journalisme, anime plusieurs émissions sur des radios locales et, par le théâtre, s’engage dans plusieurs
compagnies de théâtre amateur.

Il s’oriente ensuite vers le cinéma, obtient une Licence en Médiation Culturelle, devient membre actif des
associations Socioculturelles et de proximité, puis s’engage dans l’écriture de recherche avec Le SACRE, et Film
flamme. Avec la création de Numéro Zéro à Marseille, il travaille avec un collectif d’amis cinéastes au soutien de
films et démarches artistiques qui ne trouvent pas facilement, ou pas du tout, les moyens de leur réalisation dans le
contexte de la production industrielle.

Initié aux Techniques des métiers de l’image et du son. A partir de 2004, il se consacre à une recherche
cinématographique sur la crise Socio-économique consécutive à l’arrêt des industries minières de Jerada,